La mise en fonction de la ligne E, les extensions des lignes C et D, que nous inaugurons ensemble aujourd’hui, font de Strasbourg la capitale du tramway en France.

Je tiens à saluer l’initiative, il y a quinze ans, de madame Trautmann qui avait alors engagé la première ligne du tramway à Strasbourg. (On pourra toujours discuter par ailleurs des votes des uns et des autres pour ou contre la première phase et la troisième phase…)

Je salue l’engagement de Fabienne Keller aujourd’hui en faveur de cette 3ième phase qui donne son vrai sens au tram de Strasbourg et qui le magnifie :

·        13,5 km de rails nouveaux qui créent 53 km de lignes commerciales

·        seul réseau maillé de France, avec cinq lignes maillées,

·        le plus grand nombre de rames de tram : 94 tramway

·        19 nouvelles stations créées

·        12 nouveaux ponts

Mais nous avons aussi réalisé

·        4600 places dans les 9 Parkings Relais (dont 2 P+R nouvellement créés)

·        800 places dans les 50 Vélo parcs créés d’ici à 2008

Ø     Un tram toutes les 6 minutes

Ø     Un réseau entièrement accessible aux personnes en situation de handicap

Ø     280 000 voyageurs qui pourront emprunter quotidiennement le tram

Ø     Ajoutons à ces quelques chiffres nos 285 bus, plus de 1000 emplois (sur les chantiers) générés par les extensions 1500 personnes qui garantissent la bonne marche du réseau Bus-Tram 150 recrutements supplémentaires entre début 2007 et juin 2008 à la CTS

 

Voila ce qu’est le tram de Strasbourg avec sa troisième phase…

Mieux que Grenoble, Nantes ou Lyon…

Mieux que Mulhouse, inauguré par le président de la République Jacques Chirac.

Mieux que Marseille inauguré par le président de la république Nicolas Sarkozy,

Cher Dominique Bussereau, merci d’être avec nous aujourd’hui pour représenter le gouvernement et nous accorder votre haut patronage.

A Strasbourg, nous avons voulu que le tram soit plus qu’un instrument efficace de transport commun en site propre.

Avec lui, nous avons mis en œuvre la métamorphose de la ville.

Nous avons transformé de manière significative des lieux stratégiques et nous avons saisi l’occasion de cette liaison entre les quartiers pour réaliser un urbanisme à visage humain,

Projet urbain-projet humain !

C’est bien cela, n’est ce pas, que symbolise le nouvel aménagement du quartier Churchill avec son pont abaissé … par rapport à ce viaduc autoroutier en pleine ville qui était une manière de cicatrice urbaine destinée quasi exclusivement à la circulation automobile rapide façon 1970.

Ce secteur de Strasbourg était pour partie une friche sous le viaduc et pour partie un no man’s land aux cotés du viaduc.

Aujourd’hui une place magnifique et engageante, un pont à hauteur de regard humain, accessible à tous les modes de circulation, permet une véritable reconquête de l’espace urbain.

Notre volonté de réaliser un urbanisme avec et pour les strasbourgeois s’est traduit de manière encore plus efficace et plus spectaculaire au Neuhof, que l’on ne reconnait plus.

Voila un quartier qui avait la réputation qu’il avait – plutôt sulfureuse- et qui est aujourd’hui en passe d’être un quartier comme les autres.

(œuvres du CSC  citrouille…Le tram l’a touché de sa baguette magique et de citrouille il se fit carrosse.

Mais comme nous ne sommes pas dans les contes de fée disons prosaïquement

C’est aussi notre volonté d’y implanter le dépôt atelier de la CTS qui a suscité l’arrivée d’autres entreprises et le désenclavement ainsi opéré n’est pas uniquement marqué par le mode de transport, c’est aussi un désenclavement social qui est en marche.

 

Oui Strasbourg et sa communauté urbaine changent, Strasbourg et sa communauté urbaine sont en mouvement, chacun s’en rend compte.

 

Avec la volonté d’effacer la froideur minérale des grandes places, celle de la gare, la place Kléber, nous ne proposons rien d’autre qu’une humanisation de la ville dont le sens est clair : permettre une véritable réappropriation de la ville, de toute la ville, par chacun.

 

Cette proximité citoyenne entre un urbanisme et ceux à qui il est destiné est un objectif important qui se conjugue avec la nécessaire volonté de hisser mieux encore Strasbourg au niveau européen et de la situer résolument dans le vingt et unième siècle.

Métamorphose de la ville… A Strasbourg, monsieur le ministre, le tram est l’un des éléments forts de la métamorphose de la ville.

 

Je veux ici remercier avec chaleur tous mes collègues élus de la Communauté Urbaine ainsi que tous nos collaborateurs sous l’autorité de notre Directeur Général André Thomas, André Von der Marck.

La CTS, naturellement, elle qui est au cœur de l’opération.

Mais aussi le conseil général et le conseil régional, cher Philippe, cher Adrien !

Ensemble, monsieur le ministre nous avons beaucoup travaillé, ensemble nous avons beaucoup souffert.

Nous avons souffert sous de permanentes et de bien étranges mises en cause dont l’une a été retenue par la justice administrative qui a infligé à notre ville tout entière et à ses habitants plus de 15 mois de paralysie de chantier avec les coûts que cela implique.

Mais ce que la justice administrative a bloqué, la justice administrative l’a débloqué … et c’est ainsi que ce tram roule, avec un an de retard, mais il roule.

Nous avons aussi souffert sous notre bien aimé gouvernement au sein duquel déjà vous avez dirigé le secteur des transports.

Rassurez vous, vous n’allez pas être notre victime expiatoire. Nous ne vous demandons qu’un sacrifice : dites et répétez à ceux qui ne sont pas venu aujourd’hui et qui vous ont envoyé…dites leur vraiment ceci

Soixante neuf millions d’euros attendus au moment où nous nous sommes lancés dans les travaux, vingt cinq accordés et non encore intégralement versés.

 

69 moins 25, je retiens zéro et il manque 44 !

 

C’est la soustraction du gouvernement pour une addition totale de 400 millions d’euros pour la CUS !

Monsieur le ministre il m’arrive être opiniâtre, tenace.

Dès lors que j’ai la conviction qu’une idée n’est pas mauvaise, je ne la lâche pas facilement.

C’est pourquoi j’attends toujours avec une naïve confiance que l’Etat reconnaisse les efforts de la Communauté urbaine en les accompagnant d’une manière qui soit digne de lui et qui respecte ses propres engagements.

Notre investissement financier dans ce domaine, où se croisent et se renforcent écologie, désenclavement social, développement économique, liaison urbaine, ne peut être ainsi pénalisé.

Monsieur le ministre vous savez naturellement que le poste transport est le plus lourd pour toutes les communautés urbaines : plus de 32 % de leurs budgets respectifs.

Je me fais ici leur interprète.

La plupart d’entre elles qui développent des réseaux de transports publics en site propre, ont été touchées par ces mesures de restriction budgétaire.

Il est difficilement imaginable qu’elles puissent continuer à l’avenir  dans un tel schéma : plus pratiquement un tiers de leurs finances est consacrés aux transports urbains.

Cela devrait être tenu par l’Etat comme une véritable cause nationale.

 

Nous avons besoin de l’Etat, Monsieur le Ministre. Car il ne s’agit pas simplement de transports et de déplacements, il s’agit de mieux faire vivre la République dans nos quartiers et dans nos villes…

 

Et nos projets ne manquent pas :

·        extensions du réseau vers le Zénith, dont les travaux s’achèveront dans quelques mois à peine, et vers le futur Parc des expositions ;

·        extensions du réseau vers les communes de l’ouest de l’agglomération, de manière à délester le flux automobile qui nous vient du Kochersberg ;

·        extensions encore vers la Porte de France et vers Kehl…

 

Au moment où nous inaugurons ces nouvelles lignes, je formule le vœu que chaque habitant des quartiers desservis, que chaque habitant de Strasbourg et de la Communauté urbaine s’approprie pleinement le nouveau réseau et bénéficie des nouvelles possibilités, des nouvelles libertés, des nouvelles perspectives qu’il lui offre.

 

Monsieur le Ministre, Strasbourg est en mouvement, Strasbourg bouge, Strasbourg progresse.

Ensemble nous n’arrêterons pas son élan, ensemble nous la ferons avancer…